Marche climat du 9 mai et loi climat

Print Friendly, PDF & Email

Bonjour à toutes et tous,

Notre lutte contre le projet Oxylane et pour un autre avenir sur le terrain des Fontanelles dure maintenant depuis plus de 6 ans. Pendant toutes ces années, les militant.es du Collectif Oxygène se sont mobilisé.es sans relâche, et près de 10 000 personnes ont exprimé leur soutien, via nos pétitions, notre souscription, nos actions de terrain, etc., ce qui nous a permis de « tenir » et va nous permettre de continuer car

LA LUTTE N’EST PAS FINIE

Aujourd’hui, le projet peut encore être stoppé !

Mais pour cela, la mobilisation citoyenne doit rester forte et active.

Le dimanche 9 mai, nous marcherons avec de nombreuses organisations, avec des citoyennes et des citoyens pour dénoncer le manque d’ambition du gouvernement qui refuse de faire face à l’urgence écologique.

Si vous voulez nous rejoindre, retrouvez nous sous la banderole du Collectif Oxygène, à 13h45 devant l’entrée des jardins du Peyrou, à Montpellier

Cette action interviendra juste après le vote à l’Assemblée Nationale, en première lecture, de la loi « Cimat et Résilience » (4 mai). Mais, selon le Réseau Action Climat, « La première lecture du projet de loi Climat et Résilience à l’Assemblée nationale s’est terminée comme elle a commencé : avec un texte dont l’ambition climatique reste beaucoup trop faible pour combler l’écart qui nous sépare toujours du respect de nos objectifs climat. »

Entre, d’une part, la déclaration liminaire du Président de la République devant les 150 citoyens de la Convention« Ce qui sortira de cette convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe » et, d’autre part, ce qui reste des propositions dans le texte soumis aux parlementaires, le décalage s’apparente à un énorme mensonge d’État !

« On reste à des années-lumière des propositions de la convention citoyenne, et les mesures reprises dans le texte ont été détricotées, avec une moindre portée normative », estime ainsi la députée des Deux-Sèvres (non inscrite) Delphine Batho. « Le fait marquant, lors de ce débat, est la rupture avec la communauté scientifique. Leurs avis, dont celui du Haut Conseil pour le Climat, n’ont jamais été pris en compte, ni même évoqués. »

Après le vote solennel du 4 mai, le projet de loi sera examiné par le Sénat vers la mi-juin, avant un dernier retour devant les députés.

Concernant plus spécifiquement le « moratoire » sur les nouvelles surfaces commerciales – qui nous concerne directement – rappelons la proposition de la Convention Citoyenne :

« Prendre immédiatement des mesures coercitives pour stopper les aménagements de zones commerciales périurbaines très consommatrices d’espace »

Or, d’une part, l’article 52qui est censé traduire « sans filtre » cette propositionne contraint que les projets commerciaux dont l’autorisation d’exploitation commerciale n’a pas encore été délivrée. Il n’est donc plus question de « stopper les aménagements » puisqu’il exclut ceux ayant déjà une autorisation d’exploitation commerciale, même si les travaux d’aménagement n’ont pas encore commencé ou sont en cours.

D’autre part, un seuil de 10 000m2 a été fixé en dessous duquel les surfaces commerciales peuvent être autorisées sous conditions. Ce seuil est beaucoup trop élevé, 80% des projets de zones commerciales faisant moins de 10 000m2. Les conditions fixées sont trop floues et risquent d’être une porte d’entrée à la validation de nombreux projets.

Enfin, la loi exclut les entrepôts de e-commerce, alors qu’ils ont un impact très lourd sur l’artificialisation, la surproduction, le transport de marchandises.

On le voit donc, pour nous, opposés au projet Oxylane, il n’y a pour l’instant rien à attendre de cette loi.

La lutte doit se poursuivre sur les plans :

  • juridique : nos recours ne sont pas tous épuisés (cf . Recours « loi sur l’eau en instance à la Cour Administrative d’Appel de Marseille)
  • politique : localement, de plus en plus d’élus – y compris de la Communauté de Communes du Grand Pic saint-Loup – doutent de la pertinence de ce projet et s’y opposent. Nos actions doivent aussi les aider à affirmer leur position
  • citoyen : par des actions d’information, de démonstration, auxquelles vous toutes et tous pouvez participer à la mesure de vos moyens, par votre présence, votre aide pratique, vos idées d’actions.
  • de propositions « alternatives »: notre projet « Agrifont » (un projet agricole pour les Fontanelles) est en cours d’élaboration, en partenariat avec la Confédération Paysanne.

Nous vous invitons à venir nous aider à porter notre banderole, au sens figuré comme au sens propre :

Le dimanche 9 mai, à 13h45, sous notre banderole, entrée des jardins du Peyrou à Montpellier

(la manifestation étant autorisée, vous pouvez venir avec une attestation si vous habitez à plus de 10km).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.